×
×

Pour une révision profonde de la stratégie de coopération agricole belge

Nouvelle note politique de la Coalition contre la faim

En Belgique, la coopération au développement belge dans le domaine de l’agriculture et de la sécurité alimentaire est encadrée par une note stratégique intitulée “agriculture et sécurité alimentaire”. La dernière, qui date de 2017, devrait être revue profondément selon la Coalition Contre la Faim (CCF) qui la juge inadaptée au défi. La nouvelle ministre de la Coopération a annoncé une réorientation dans le sens de la transition vers des systèmes alimentaires durables. Il importe que cette réorientation soit suffisamment ambitieuse pour répondre aux besoins d’un secteur essentiel à l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD).

Sur la page web officielle dédiée à la coopération au développement coopération au développement
aide publique au développement
aide au développement
nous pouvons lire que l’objectif d’une note stratégique est de “définir et de justifier une vision et des priorités communes autour d’un thème, d’un secteur ou d’une approche de la coopération belge. Elle est élaborée par la DGD qui élabore les politiques de développement au niveau fédéral". Bien que construite par la DGD, c’est le ministère qui a la main pour décider d’une révision stratégique et d’en définir la forme.

Depuis que la nouvelle ministre de la Coopération au développement, Meryame Kitir, a pris ses fonctions en octobre 2020, elle a eu plusieurs occasions de partager ses priorités pour la sécurité alimentaire. Force est de constater qu’elles contrastent fortement avec celles mises en avant lors de la législature précédente. En effet, dès son exposé d’orientation politique, la ministre a dit vouloir prioriser l’agriculture à petite échelle, encadrer le secteur privé, s’assurer d’une cohérence des politiques ou encore vouloir s’engager à investir dans l’agroécologie pour assurer la transition vers des systèmes alimentaires durables [1]. Des mots qui peuvent apparaître familiers à la lecture mais qui pourtant dénotent avec la note stratégique précédente. Le concept de système alimentaire durable apparaît pour la première fois et l’engagement à investir dans l’agroécologie est une mesure forte pour laquelle la Coalition Contre la Faim a mené campagne en 2020. Quant à recentrer la coopération sur l’agriculture à petite échelle, c’est tout simplement revenir aux fondamentaux qui s’étaient perdus, à en croire une évaluation indépendante des orientations politiques du ministre précédent.

A ce contraste s’ajoute l’évolution du contexte mondial : d’une part, la pandémie de la faim causée par la Covid-19 Covid-19
Coronavirus
covid-19
coronavirus
, et d’autre part, la crise climatique qui s’accélère. Le contexte justifie donc d’actualiser la note stratégique qui, bien que récente, n’en demeure pas moins anachronique.

Pour ces raisons, la CCF s’est attelée à rédiger un avis qui vise à encourager la ministre à mettre en adéquation l’architecture de la coopération avec les priorités qui s’imposent à ce jour, à savoir écrire une nouvelle note stratégique. Pour ce faire, la CCF partage des propositions concrètes en vue de permettre à la Belgique de contribuer efficacement à l’atteinte de l’ODD N°2 : éradiquer la faim d’ici 2030 [2].

Une révision stratégique demande du temps et des moyens humains : la CCF clôture sa position en insistant sur l’urgence d’appréhender l’alimentation dans sa complexité. “La sécurité alimentaire ne peut se réduire à l’accès aux marchés ou au développement de la productivité. Elle est fonction de résilience, de modes de production agroécologiques, de cohérence des politiques, de choix faits en matière de bénéficiaires, de priorités données à la recherche ou encore de la place accordée aux agriculteurs et aux organisations paysannes du Sud lors de l’élaboration, de la mise en place et de l’évaluation de nos projets de coopération”.

[1Avis de la Coalition Contre la Faim sur l’exposé d’orientation politique de la ministre de la Coopération au développement au sujet de la sécurité alimentaire

[2Nations-unies, les objectifs de développement durable