×
×

Baromètre 2021 de la solidarité internationale

Vaccins, migrations, impôts, climat, aide : ce que pensent les Belges

Les Belges plébiscitent la justice fiscale, la transition écologique et la levée des brevets sur les vaccins, mais sont plus mitigés sur les droits des migrants.

4 novembre 2021

A la veille de l’Opération 11.11.11, le CNCD-11.11.11 publie en collaboration avec Le Vif le Baromètre 2021 de la solidarité internationale réalisé par IPSOS. Il en ressort un franc soutien des Belges à la levée des brevets sur les vaccins et à la lutte contre le changement climatique et l’injustice fiscale, un appui plus mesuré à l’aide au développement et un avis mitigé sur l’immigration.

Une majorité de Belges solidaires avec les pays du Sud face à la crise du coronavirus Covid-19
Coronavirus
covid-19
coronavirus

En ce qui concerne les réponses à la crise du coronavirus, les Belges sont majoritairement favorables à la solidarité internationale : près de deux Belges sur trois demandent la suspension des brevets sur les vaccins anti-Covid pour en favoriser l’accès à un prix abordable dans les pays en développement (63% sont favorables, contre 8% défavorables et 29% sans avis).

Pour répondre à l’augmentation de la pauvreté dans les pays en développement exacerbée par la crise du coronavirus, 41% des Belges souhaitent une augmentation de l’aide publique au développement coopération au développement
aide publique au développement
aide au développement
, contre seulement 11% qui souhaitent la réduire, tandis que 27% souhaitent ne rien changer à la situation actuelle et que 21% sont sans avis. A la question de savoir si la Belgique devrait respecter l’engagement international de mobiliser 0,7% de son revenu national brut en aide au développement (contre 0,46% actuellement), 40% des Belges répondent favorablement, contre 27% qui ne le souhaitent pas.

Enfin, pour répondre au problème de surendettement des pays à faible revenu exacerbé par la crise du coronavirus, 45% des Belges soutiennent une annulation de la dette des pays en développement à condition qu’ils investissent les fonds libérés dans les énergies vertes et les services publics, tandis que 19% souhaitent une annulation partielle et 8% une annulation totale de cette dette sans condition. Seuls 12% des Belges souhaitent que les pays en développement remboursent l’intégralité de leurs dettes.

Les Belges plébiscitent la solidarité budgétaire européenne et le Green Deal Green Deal
Pacte vert européen

Au niveau européen, la majorité des Belges sont favorables à des impôts européens pour financer l’emprunt de 750 milliards d’euros du plan post-Covid « next generation » de l’UE : 72% des Belges plébiscitent un impôt européen sur les grands patrimoines et 68% un impôt minimum européen sur les bénéfices des sociétés. Plus d’un Belge sur deux (52%) est également favorable (contre 20% de Belges défavorables) à des taxes européennes sur le kérozène, sur les billets d’avion, sur le plastique et sur les transactions financières. Enfin, la taxe la moins soutenue est celle sur les services numériques (41% favorables contre 30% défavorables).

La majorité des Belges plébiscitent en outre les mesures envisagées par le Green Deal européen, mais qui sont encore à concrétiser : 81% des Belges souhaitent qu’on exige des entreprises le recyclage complet des ressources naturelles incorporées dans les produits ; 78% souhaitent rénover et isoler les bâtiments pour améliorer leur efficacité énergétique ; 67% veulent réduire les émissions européennes de gaz à effet de serre de 55% en 2030 par rapport à 2010 ; 66% veulent sortir des énergies fossiles et investir dans les énergies renouvelables ; 64% soutiennent l’instauration d’une taxe carbone aux frontières de l’Union européenne pour pénaliser les importations de produits polluants ; 64% souhaitent un changement de modèle agricole pour favoriser une agriculture moins intensive et plus respectueuse de l’environnement ; 56% sont favorables au financement du Fonds vert pour le climat Fonds vert pour le climat destiné aux pays en développement. Par contre, seuls 39% des Belges veulent remplacer les véhicules à moteur thermique par des véhicules électriques à partir de 2030 (contre 34% qui s’y opposent).

Les Belges sont mitigés au sujet des migrations

En ce qui concerne l’immigration, les Belges se montrent moins solidaires : 47% des Belges pensent que les droits accordés aux demandeurs d’asile en Belgique devraient être réduits, contre 25% qui souhaitent les maintenir tels quels et 12% qui pensent qu’ils devraient être renforcés. Notons toutefois une différence sensible entre les communautés linguistiques : 52% des flamands veulent réduire ces droits, contre seulement 39% des Belges francophones. Lors du sondage réalisé cinq ans plus tôt par Dedicated Research pour le CNCD-11.11.11, la même question avait conduit à des résultats similaires au niveau belge (49% des Belges étaient pour réduire le droit d’asile, 25% pour le maintenir et 10% pour le renforcer), mais avec des résultats équivalents dans les deux communautés linguistiques (48% de francophones et 49% de flamands voulaient réduire le droit d’asile en 2016). On constate donc en l’espace de quelques années une évolution significative en Belgique francophone : alors qu’en 2016, 49% des Belges francophones souhaitaient réduire le droit d’asile contre 35% qui souhaitaient le maintenir ou le renforcer, cinq ans plus tard, il n’y a plus que 39% des francophones qui souhaitent le réduire, contre 45% qui veulent le maintenir ou le renforcer.

Plus de 46% des Belges refusent par ailleurs de renvoyer un demandeur d’asile dans un pays où sa vie ou sa liberté sont gravement menacées (contre 27% qui pensent le contraire). En outre, la majorité des Belges soutiennent une réforme de la politique européenne d’asile et de migration plus respectueuse des droits humains et du droit d’asile : 60% des Belges souhaitent réviser le règlement de Dublin et répartir équitablement les demandeurs d’asile entre les Etats membres et 71% des Belges souhaitent réduire à six mois maximum le délai de traitement des demandes d’asile dans l’UE. Les Belges se montrent également ouverts à l’immigration économique, puisque 66% des Belges sont favorables à l’établissement de voies sûres et légales de migrations. Par contre, 56% des Belges sont d’accord de traiter les procédures d’asile dans les pays d’émigration et de transit sans permettre d’accès préalable au sol européen.

Enfin, concernant la régularisation des sans-papiers, seuls 31% des Belges sont favorables à la régularisation des sans-papiers en Belgique et à l’octroi d’un permis de travail (contre 41% défavorables). Les différences sont toutefois très marquées entre les communautés linguistiques : alors que 42% des francophones sont favorables à la régularisation (contre 29% opposés), seuls 22% des flamands le sont (contre 49% opposés).

Une majorité écrasante de Belges pour la justice fiscale justice fiscale
Justice fiscale
Justice Fiscale

Les Belges soutiennent massivement les mesures de justice fiscale : 82% souhaitent abolir les paradis fiscaux, 76% souhaitent un impôt minimum mondial sur les bénéfices des multinationales et 52% pensent que le taux minimum de 15% adopté par l’OCDE est trop faible. Plus de 64% sont en outre favorables à l’instauration d’un impôt « corona » sur les grands patrimoines en Belgique. Cela confirme les résultats du sondage réalisé en novembre 2019 par IPSOS pour le CNCD-11.11.11 sur la justice fiscale : en matière d’impôt, une majorité des Belges souhaitent que chacun paie sa juste part.

Enfin, plus de 76% des Belges sont favorables au devoir de vigilance, qui consiste à imposer aux multinationales le respect des droits humains et de l’environnement par tous leurs sous-traitants, y compris à l’étranger.