×
×

Opération 11.11.11

Aux Philippines, ceux & celles qui se battent pour un accès à la terre paient le prix fort

2 avril 2021

Savez-vous que dans toute l’Asie, c’est aux Philippines que la répartition des terres est la plus inégale ? Le peuple philippin est marqué à tout jamais par son passé colonial : plus de 350 ans de colonisation espagnole, suivis de 50 ans de domination américaine, ont ouvert la voie à un modèle de propriétés foncières très concentrées, encore connues sous leur appellation coloniale de « haciendas ».

L’Opération 11.11.11 Opération 11.11.11 soutient des organisations actives sur le front des réformes agraires et des droits humains. Ceux-ci sont en effet gravement bafoués.

Cette inégalité flagrante d’accès à la terre et les conditions de vie difficile qui en découlent pour les familles rurales est l’une des raisons pour lesquelles l’Opération 11.11.11 est présente aux Philippines. Elle soutient, de longue date, des organisations actives sur le front des réformes agraires et des droits humains. Ceux-ci sont en effet gravement bafoués.

Les hommes et les femmes qui portent ces combats paient souvent leur engagement au prix fort. Ben Ramos y a laissé la vie. Homme déterminé et entièrement dévoué à la cause des paysans sans terre de l’île de Negros, il avait fondé un réseau de soutien aux paysans afin qu’ils puissent défendre leurs droits, récupérer des terres et mettre en place une agriculture saine et rémunératrice.

Ben Ramos a été tué de trois balles tirées par deux personnes à moto fin 2018 – une expédition punitive dont on n’a toujours pas retrouvé les auteurs. Douloureuse ironie de l’histoire, il venait d’offrir ses services d’avocat pro deo aux familles de paysans eux-mêmes assassinés quelques semaines plus tôt, dans le cadre des luttes foncières meurtrières.

Le réseau initié par Ben Ramos, le Peace & Development Group (PDG), bénéficie du soutien durable de l’Opération 11.11.11, par l’intermédiaire de plusieurs ONG membres, comme Autre Terre et Quinoa asbl.

D’une petite organisation de support aux agriculteurs et de pêcheurs, PDG a grandi pour devenir un acteur de référence de la société civile. Aujourd’hui, il équipe de nombreuses autres organisations locales ou des communautés en leur proposant des séminaires et formations sur les thèmes de la réforme agraire et l’accès à la terre, mais aussi de l’agriculture durable ou de la protection environnementale. Objectif : provoquer un changement social et obtenir des conditions de vie meilleures. On estime ainsi que 60 associations locales ont vu le jour et se développent grâce à PDG ! Cela représente plusieurs milliers de personnes bénéficiaires. PDG est aussi devenue la cheville ouvrière d’une riziculture durable, écologique et accessible aux petits paysans.

L’organisation aide des milliers de personnes à avoir accès à la terre et à développer une agriculture écologique

Ces succès n’atténuent en rien la violence des luttes foncières dans un pays où les petits agriculteurs affrontent les géants de l’industrie agro-alimentaire dans un combat inégal. Les agriculteurs familiaux sont rarement propriétaires des terres qu’ils cultivent. Ils dépendent entièrement des propriétaires fonciers, et les femmes sont particulièrement exposées. Ils cultivent les terres des propriétaires en échange d’un loyer mensuel, en leur versant un pourcentage de leurs récoltes, ou encore en fournissant un travail saisonnier. Cette dépendance les rend vulnérables et constitue un facteur déterminant de pauvreté. Près de la moitié de la population est pauvre aux Philippines.

Aux Philippines, Peace & Development Group (PDG) aide des milliers de personnes à avoir accès à la terre et à développer une agriculture écologique  (Crédit : © Quinoa / PDG )

Ceux qui se révoltent contre cette situation, comme Ben Ramos, sont harcelés, persécutés ou tués. Encore le 7 mars dernier, neuf défenseurs des droits humains ont été tués en un jour ! Les Philippines ont été reconnues comme le pays le plus dangereux au monde pour les paysans et pour les activistes qui revendiquent une réforme agraire. Cette situation s’est encore aggravée dans le contexte de la guerre contre la drogue, menée par le président Rodrigo Duterte, qui a semé la mort à travers le pays.

Dans ce contexte difficile, grâce à votre aide, l’Opération 11.11.11 continue de soutenir les organisations qui sont aux côtés des paysans et des paysannes philippins. Ce soutien est plus que jamais nécessaire pour que des organisations telles que PDG puissent poursuivre leur travail pour la souveraineté alimentaire Souveraineté alimentaire et l’agriculture durable. Et un jour, peut-être, obtenir justice pour Ben Ramos et les dizaines d’autres activistes assassinés ces dernières années.

Soutenez l'Opération 11.11.11