×
×

Sommet de l’ONU sur le financement climat : la Belgique doit respecter ses engagements

Communiqué de presse

31 mars 2021

Ce 31 mars 2021, le Royaume-Uni organise un sommet crucial en vue de la COP26, afin de remettre la solidarité internationale au cœur des négociations climatiques. L’enjeu clé est la question du financement climat international, engagement pour lequel la Belgique n’est plus en règle depuis le 31 décembre 2020. Le CNCD-11.11.11 appelle la Belgique à corriger le tir et à respecter ses engagements internationaux.

La COP26 devait avoir lieu en 2020 mais a été reportée à cause de la pandémie. Elle aura finalement lieu en novembre 2021, à Glasgow. La crainte est cependant que les négociations climatiques n’aboutissent pas, alors que l’urgence climatique est de plus en plus criante. Elle l’est d’autant plus pour les pays les plus vulnérables, également fragilisés par les conséquences économiques et sociales de la pandémie.

Dans ce contexte, la Présidence britannique de la COP26 organise ce 31 mars un événement virtuel de haut niveau afin de renforcer la confiance et la solidarité dans les négociations, en prévision de la COP26. L’enjeu principal est le financement climat financement climat international, c’est-à-dire l’engagement financier des pays développés envers les pays en développement, actuellement loin d’être honoré par les pays donateurs. « Soyons clairs : si les pays développés, principaux responsables de la crise climatique, ne s’engagent pas concrètement pour soutenir les pays en développement, qui en sont les premières victimes, la logique même de l’Accord de Paris Accord de Paris est bafouée », déclare Rebecca Thissen, chargée de recherche pour la justice climatique Justice climatique et le développement durable pour le CNCD-11.11.11.

Des représentants des pays en développement occuperont le devant de la scène, rejoints par une série de pays donateurs importants tels que l’Allemagne ou le Canada et par une série d’institutions internationales. La Belgique n’a pas été conviée.

En matière de financement climat, la Belgique n’a plus d’engagement depuis le 31 décembre 2020. Il est urgent qu’une nouvelle contribution soit annoncée, au plus tard pour la COP26. « Ne pas être convié à cet événement de haut niveau ne justifie pas l’inaction de la Belgique sur ce dossier brûlant » précise Rebecca Thissen. « Depuis le 31 décembre 2020, notre pays n’a plus d’engagement pour le financement climat international. Ce n’est pas acceptable venant d’un pays aussi riche et émetteur que la Belgique. »

Rappelons qu’il a été convenu dans les enceintes de l’ONU que cette contribution serait croissante et ne pèserait pas sur le budget de l’aide publique au développement coopération au développement
aide publique au développement
aide au développement
. « Ce n’est ni une question de charité, ni de générosité : le financement climat international est une question de justice. La Belgique ne fait pas exception et doit prendre ses responsabilités vis-à-vis des pays les plus vulnérables  », rappelle Rebecca Thissen.