×
×

Opération 11.11.11

Face aux crimes impunis, soutenons les défenseurs des droits humains aux Philippines

Zara Alvarez, assassinée parce qu’elle défendait les droits humains

1er octobre 2020

Un soir pluvieux d’août 2020, Zara Alvarez, 39 ans, a été abattue de six balles dans la poitrine, alors qu’elle rentrait chez elle après sa journée de travail. Activiste infatigable pour les droits humains aux Philippines, elle se savait menacée. Dans un pays dirigé d’une main de fer par le président Eduardo Duterte, les défenseurs des droits humains sont harcelés, emprisonnés ou assassinés.

Récemment, Zara avait été avertie qu’elle était suivie, mais cela ne l’empêchait pas de poursuivre sans relâche son travail. Le jour de son assassinat, elle l’avait passé à préparer le dossier d’un prisonnier politique, à coordonner les messages en direction de sa famille et de son avocat.

Ceux qui la connaissaient disent de cette mère célibataire, aussi fluette qu’elle puisse paraître, qu’elle était farouchement déterminée à mener jusqu’au bout son combat pour les droits humains et les plus démunis. Elle était aussi une femme joyeuse, qui aimait rire, et laisse derrière elle une fille de onze ans.

Militant dès son plus jeune âge pour la justice sociale, Zara Alvarez avait abandonné une carrière d’enseignante pour s’engager pleinement dans plusieurs mouvements indigènes de l’île de Negros. Elle a rapidement gravi les échelons, notamment au sein de l’alliance Karapatan. Elle y était chargée de documenter des cas de violations de droits humains et d’aider les victimes et leurs familles dans leur recherche de justice.

Elle était en outre responsable de la recherche et du plaidoyer de NIHIPCD (Negros Island Health Integrated Program for Community Development) et administratrice de la coupole nationale CHD, qui chapeaute les programmes de santé de base au sein de laquelle elle défendait le droit à la santé du peuple philippin. Ces organisations sont partenaires de l’ONG belge VivaSalud et bénéficient de l’Opération 11.11.11 Opération 11.11.11 , grâce à vos dons.

Des défenseurs·euses des droits humains philippins lors d'une conférence de presse avec Tinay Palabay, de l'alliance Karapatan, en juillet 2019 à Manille.  (Crédit : © Ted ALJIBE, AFP/ Belga )

Zara Alvarez avait déjà été emprisonnée en 2012, pendant près de deux ans, en raison de son engagement social. Depuis lors, elle continuait de faire l’objet de menaces et d’intimidations. Tout comme l’avocat Ben Ramos, assassiné le 6 novembre 2018, son nom avait été repris sur une liste de 649 personnes que le gouvernement désignait comme « terroristes », et sur laquelle figuraient de nombreux activistes et défenseurs des droits humains.

Elle est la treizième membre de Karapatan à avoir été assassinée depuis le début de l’administration Duterte, en juillet 2016. Son assassinat survient dans un contexte d’intensification des attaques de l’administration Duterte à l’encontre des militants politiques aux Philippines.
Début juillet de cette année, le président Duterte a approuvé une législation anti-terroriste qui confère de nouveaux pouvoirs exorbitants au gouvernement (comme par exemple, celui d’ordonner des arrestations sans mandat ou des détentions jusqu’à 24 jours sans motifs d’accusation). La loi présente une définition très large et floue du terrorisme, qui pourrait par exemple être utilisée contre des rassemblements, manifestations, ou autres moyens d’exprimer son opinion.

Zara Alvarez, de l'alliance Karapatan, assassinée parce qu'elle défendait les droits humains

Dans ce contexte de récession démocratique que subit de plein fouet la population philippine, nous restons aux côtés de nos partenaires qui luttent pour la démocratie et les droits. C’est le cas des organisations dont était membre Zara Alvarez, mais aussi de plusieurs autres organisations partenaires. Parmi celles-ci, citons l’alliance LAHRA, qui aide les communautés à lutter contre les abus des droits humains, avec l’aide de l’ONG Entraide et Fraternité et de l’Opération 11.11.11.

Ce soutien financier est important, pour des organisations qui se heurtent à l’hostilité et à la violence d’un régime sans merci. Pour continuer de défendre les droits humains – sans Zara mais avec de nombreux autres activistes courageux –, nous avons besoin de votre soutien.

Soutenez l'Opération 11.11.11