×
×

Justice climatique

Le défi

Le réchauffement de l’atmosphère est l’un des plus grand défis pour l’humanité. Montée du niveau de la mer, fonte des glaces, sécheresses et inondations, catastrophes naturelles, érosion de la biodiversité ; ces désastres défient par leur ampleur les écosystèmes et les conditions de vie partout sur la planète.

Face à cette menace grandissante, les Etats ont adopté un accord mondial pour la lutte contre le réchauffement, l’Accord de Paris : ils se sont engagés à maintenir la hausse de température bien en deçà de 2°C, et à fournir tous les efforts nécessaires pour limiter le réchauffement à 1.5°C par rapport à l’ère préindustrielle.

Malgré l’urgence, la lutte contre le réchauffement est bien trop lente : les engagements annoncés de réduction de gaz à effet de serre et de financement de l’atténuation et de l’adaptation des pays en développement face aux dérèglements climatiques - au travers du fonds vert notamment - sont largement insuffisants, sans parler de l’assistance aux victimes des dérèglements climatiques, quasiment inexistante à ce jour.

L’humanité entière est sur le même bateau mais à son bord, les passagers de première classe, les pays développés, sont mieux placés pour se prémunir des catastrophes que ceux de deuxième classe ou de troisième classe. Cette différence de traitement porte un nom : l’injustice climatique. Les pays les plus pauvres, et dans chacun d’entre eux, les populations les plus vulnérables, sont les premières victimes du réchauffement.


95% des victimes décédées par suite des catastrophes naturelles entre 1979 et 2004 vivaient dans un pays en développement.

250 millions de personnes seront déplacées d’ici 2050, en raison des dérèglements du climat.

L’alternative

Le concept de justice climatique est la solution la plus équitable pour contrer les injustices liées au réchauffement climatique. Le concept transparaît dans les engagements internationaux et est inscrit dans la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques à travers le mécanisme international du « financement climat ».

Pour y arriver, les Etats doivent prouver à l’humanité que l’adage « the earth is one, the world is not » est révolu, en s’attaquant dès à présent au chantier prévu par l’Accord de Paris. Le monde s’est d’ailleurs donné rendez-vous tous les cinq ans pour faire le bilan des mesures prises dans la lutte contre le changement climatique.

L’Union européenne devrait revoir à la hausse ses objectifs de réduction des émissions pour les mettre en conformité avec l’Accord de Paris. Il est par ailleurs grand temps pour la Belgique de s’aligner sur ses voisins et de se montrer plus ambitieuse en termes de financement climat.

En effet, financer les infrastructures nécessaires pour permettre l’adaptation, mais aussi la production d’énergies durables est indispensable pour permettre aux pays en développement d’atteindre les Objectifs de développement durable. La solidarité internationale est la clé pour faire face au défi climatique.


5200 milliards de dollars d’investissements dans les énergies fossiles, concernant plus de 700 entreprises, ont été désinvestis en 2016, preuve que la transition énergétique et l’abandon des énergies fossiles sont en marche.

L’Accord de Paris a permis de reconnaître le principe de l’assistance internationale aux victimes du réchauffement climatique.

Ce que nous faisons

  1. Sensibiliser

    Le CNCD-11.11.11 et ses ONG membres proposent outils et animations pour aborder la justice climatique auprès d’un large éventail de publics, de 7 à plus de 77 ans. Une mallette pédagogique visant les + de 15 ans et un jeu pour enfants sont notamment disponibles.

  2. Interpeller

    Pour promouvoir la justice climatique, le CNCD-11.11.11, ses ONG membres et la Coalition Climat mobilisent les citoyens et interpellent les responsables politiques.

  3. Financer
    A travers l’Opération 11.11.11, plusieurs projets en lien avec la justice climatique sont financés.

Des avancées

  • L’Accord de Paris issu de la 21e conférence des Nations unies sur le climat est, en soi, une avancée notable, même s’il reste du chemin à parcourir pour finaliser sa mise en œuvre d’ici 2020.
  • Fin 2013, le mécanisme pour les « pertes et préjudices », qui devrait, à terme, permettre de dédommager les victimes climatiques, a été créé. Reste à présent à l’opérationnaliser et à le financer.
  • Si la concertation politique intra-belge en matière climatique est toujours difficile, la coopération entre les différents parlements (fédéral et des trois régions) est en bonne voie : suite à l’adoption d’une déclaration conjointe en novembre 2017 , une résolution commune à tous les Parlements a été élaborée.

Pour aller + loin

Ressources



Contact

qui?

Rebecca Thissen

Adresse

Quai du Commerce 9, 1000 Bruxelles

telephone

02 250 12 39

Email

rebecca.thissen@cncd.be