×
×

Aide belge au développement : 0,7%, c’est maintenant !

0,7%. Un pourcentage fétiche pour les organisations non gouvernementales de développement. Année après année, le CNCD-11.11.11 et ses organisations membres ne cessent de demander à la Belgique de consacrer au moins 0,7% de son Revenu national brut (RNB) à l’Aide publique au développement (APD).

Parfois gonflée artificiellement, parfois rabotée sur l’autel de l’austérité budgétaire, l’aide fluctue au gré des choix et de la conjoncture politiques et des négociations budgétaires mais elle n’a encore jamais atteint ce seuil. Mais pourquoi doit-elle atteindre cet objectif de 0,7% et comment peut-on y arriver ? Quelle est son montant actuel ? A quoi s’est engagé le gouvernement belge ? Pourquoi l’aide est-elle plus nécessaire que jamais ? Décryptage à la veille d’un conclave budgétaire crucial.

Pourquoi 0,7% ? Pourquoi maintenant ?

Décryptage

Pourquoi cet objectif de 0,7% ?

Il s’agit d’un engagement pris le 24 octobre 1970 par les pays dits « économiquement avancés ». À l’époque, la date butoir pour respecter cette résolution adoptée à l’ONU était 1975. Cela fait donc presque 50 ans ! Cet engagement a été réitéré à différentes échelles par la suite, sans être atteint, du moins par la Belgique.

Où en est la Belgique par rapport à son engagement ?

L'aide publique belge au développement en % du revenu national brut


L'aide publique belge au développement en volume

En 2021, l’aide publique belge en 2021 a augmenté en volume mais a diminué en pourcentage de nos richesses. La Belgique a consacré 0,46% de son revenu national brut (RNB) à l’Aide publique au développement coopération au développement
aide publique au développement
aide au développement
. On est donc loin des 0,7% auxquels elle s’est pourtant engagée, sans parler qu’une partie de ce montant est en réalité une « aide fantôme ».

Pourquoi qualifiez-vous une partie de l’aide belge comme « aide fantôme » ?

L’« aide fantôme », ce sont des montants qui ne sont pas dépensés pour financer des programmes de développement durable dans les pays du Sud. Cela représente 13,8% de la totalité de l’aide belge. On y trouve ainsi les frais d’accueil de demandeurs d’asile en Belgique qui représentaient en 2021 10% de l’aide totale, soit le double de la moyenne internationale (5,2%) et le plus haut pourcentage de la classe européenne. Les dons de surplus de vaccins anti-Covid, quant à eux, représentaient 1,3% de l’aide totale au cours de la même année.

Nos pays voisins font-ils mieux que nous ?

L'aide publique belge au développement en % du revenu national brut, par rapport aux pays voisins (2022)

La Belgique est en dessous de la moyenne européenne, qui s’élève en 2021 à 0,49% du Revenu national (brut). Nos pays voisins sont tous, sans exception, plus généreux que nous (Pays-Bas : 0,52% ; France : 0,52% ; Allemagne : 0,74%, Suède : 0,92% ; Norvège : 0,93% ; Luxembourg : 0,99%). La Belgique ne se trouve qu’à la 11e place des pays donateurs en pourcentage du RNB (elle était 6e en 2010) et à la 16e place en volume.

Quels sont les engagements du gouvernement fédéral actuel ?

En plus des engagements historiques pris par la Belgique sur la scène internationale, l’actuelle majorité gouvernementale s’est fixé l’objectif d’atteindre les 0,7% en 2030. Tous les partis francophones composant cette majorité se sont engagés dans ce sens dans leurs programmes électoraux respectifs en 2019. L’accord de gouvernement de la coalition Vivaldi indiquait quant à lui en 2020 qu’ « une trajectoire de croissance contraignante sera définie et mise en œuvre à partir de 2021 afin d’atteindre, d’ici 2030, la norme convenue au niveau international, soit 0,7% du RNB ». En septembre 2021, lors des Assises de la coopération organisées par le CNCD-11.11.11, les trois Présidents de partis francophones de la majorité - Paul Magnette (PS), Georges-Louis Bouchez (MR) et Jean-Marc Nollet (Ecolo) - ont confirmé cette volonté. Un nouvel engagement a été ensuite pris lors du Conseil des Ministres du 25 février 2022 et un accord a enfin été conclu lors du kern (Conseil des ministres restreint) du 18 juin 2022 en faveur d’une augmentation de l’aide belge pour atteindre 0,7% du RNB en 2030. Il reste toutefois à concrétiser la trajectoire de croissance menant à cet objectif.

Qu’est-ce que cette trajectoire de croissance que vous revendiquez ?

Pour que l’Aide publique au développement belge atteigne effectivement - et enfin - 0,7% du RNB pour 2030 au plus tard, le gouvernement belge doit traduire cet objectif dans le budget de la coopération dès 2023, budget qui se discute lors du conclave de début octobre. C’est dans ce contexte que la notion de trajectoire de croissance est centrale. Pour aller au-delà d’un engagement de principe, la volonté politique doit se traduire concrètement et immédiatement dans le budget qui sera approuvé par le gouvernement actuel, sans quoi le suivant ne se sentira pas lié à cette trajectoire de croissance budgétaire. Un plan prévisionnel précis doit être établi et donner à voir une trajectoire linéaire et contraignante de cette contribution. Le CNCD-11.11.11 continue donc de plaider pour que le gouvernement belge se montre le plus ambitieux possible, en adoptant une trajectoire d’augmentation linéaire, et ce dès les budgets 2023 et 2024, qui seront les derniers budgets adoptés sous cette législature.

0,7% du RNB, c’est beaucoup ?

Aujourd’hui l’APD belge s’élève à 0,46% du RNB, soit 2,186 milliards €. Respecter en Belgique l’engagement des 0,7% du RNB en aide au développement ne coûterait que 70 centimes par jour et par habitant.
Tous les principaux enjeux mondiaux du 21e siècle – du changement climatique à la pauvreté et aux inégalités, en passant par les migrations, les pandémies, la souveraineté alimentaire Souveraineté alimentaire et le terrorisme global – sont liés au développement et nécessitent de renforcer la coopération internationale. Face aux tentations de replis identitaires, la coopération au développement contribue à promouvoir la solidarité et la stabilité internationale dans un monde de plus en plus interdépendant. En ce sens, elle n’est pas seulement allouée dans l’intérêt des pays pauvres, mais aussi dans celui des pays donateurs. Facteur de stabilité et de paix, l’aide au développement contribue à enrayer les « effets boomerang » engendrés par la pauvreté et les conflits dans le voisinage des pays développés.
Investir durablement dans le développement de pays du Sud nous fera en outre épargner des montants exorbitants d’aide humanitaire par la suite, qui en plus ne servent qu’à répondre temporairement à des urgences. La prévention coûte 3 à 4 fois moins cher que la résolution de conflits.

La quantité d’aide ne dit rien de sa qualité !

Si atteindre l’objectif quantitatif de 0,7 % du RNB consacré à l’Aide publique au développement est central, la question de la qualité et de sa cohérence avec d’autres politiques de cette aide l’est tout autant. Ces enjeux sont traités annuellement dans notre Rapport sur la coopération belge.

Pourquoi un financement à 0,7 % est aujourd’hui particulièrement nécessaire ?

L’atteinte de l’objectif de 0,7% est plus que jamais nécessaire parce que nous vivons une multiplicité de crises au niveau mondial : pandémie de Covid, dérèglement climatique, guerre en Ukraine, sans compter une crise alimentaire alarmante qui découle des trois précédentes. L’extrême pauvreté a augmenté pour la première fois en 20 ans suite à la pandémie et les inégalités mondiales se sont exacerbées.

Ces crises ont des implications dans le monde entier, y compris en Belgique. Et si l’on veut agir pour éviter de telles crises à l’avenir, investir dans la prévention et la résilience pour un monde juste et durable en respectant l’engagement de financer l’aide au développement à hauteur de 0,7% du RNB reste la solution la plus efficace et la moins coûteuse sur le long terme.

La reconstruction des États fragiles ou post-conflits, le financement de l’adaptation au changement climatique, l’éradication des grandes pandémies ou le renforcement des capacités de recherche et de formation représentent des enjeux majeurs auxquels l’aide au développement peut contribuer.

Pour aller + loin

Le bulletin de la coopération belge

Le Rapport 2022 du CNCD-11.11.11 sur la Coopération belge au développement analyse la période allant de septembre 2021 à août 2022. Après un aperçu des tendances observées au niveau international, le Rapport étudie les dernières évolutions en termes de quantité de l’aide publique au développement coopération au développement
aide publique au développement
aide au développement
, de qualité de la Coopération belge, ainsi que de cohérence des politiques en faveur du développement. Son dernier chapitre se concentre cette année sur les enjeux de la solidarité internationale en matière de lutte contre le dérèglement climatique. Il analyse en particulier le financement de l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre et de l’adaptation aux changements climatiques dans les pays en développement.

Nos rapports


Envie d'en savoir + ou de diffuser cette campagne

Ressources


agenda



Contact

Qui?

Léna Ngouebeng

Adresse

Quai du Commerce 9, 1000 Bruxelles

Téléphone

02 250 12 36